Nadia Bastien

Nadia Bastien

Fondatrice & Consultante

“Une reconversion professionnelle, ça n’est jamais confortable”

Une reconversion professionnelle, ça n’est jamais confortable, car le travail définit une partie de notre identité.

D’un autre côté, peu de personnes font vraiment un  choix éclairé et résolu en débutant leur vie professionnelle. Ce sont souvent les opportunités que nous saisissons, ou les circonstances de la vie qui nous amènent, bon gré, mal gré, à nous orienter dans un domaine d’activité.

C’est ce qui s’est passé pour moi.

D’abord cadre commerciale, j’ai compris que l’argent en tant que tel n’était pas mon moteur.

Aujourd’hui, je dirais que mes valeurs n’étaient pas alignées sur celles de ce grand groupe côté en bourse. Mon départ, mouvementé, m’a donné un premier aperçu de la manière dont certaines entreprises se séparent de leurs collaborateurs. (Autant vous dire que j’ai perdu pas mal d’illusions…)

A ce tournant de ma vie professionnelle et personnelle, j’ai alors décidé de m’orienter vers la transmission en étant enseignante en lycée professionnel. Ce fut mon premier vrai choix professionnel, à 30 ans passés.

Une dizaine d’années plus tard, la quarantaine passant par là également, j’ai reconsidéré la question.

J’étais épuisée ; et sans espoir quant à l’avenir de ma profession, je ne me sentais pas à ma place.

J’ai dû alors faire un choix. Allais-je opter pour la sécurité financière jusqu’à la fin de ma vie, au détriment de mon bien-être, et de celui des jeunes dont j’avais la charge ? Et sinon, vers quoi me tourner ?

C’est là que j’ai décidé de prendre un peu de hauteur. J’ai consulté un conseiller professionnel, et pour la première fois j’ai réfléchi non pas en terme d’opportunité, mais plutôt en terme d’Ikigaï.

Quelles étaient mes qualités, mes envies, mes attentes, mes potentiels ? Devrais-je suivre une formation ? Et si, oui, avec quel organisme ? Et comment financer la transition ? D’abord, c’est impossible de quitter l’Éducation Nationale (non ?).

Le plus dur, pour moi, a été non pas de découvrir, mais surtout d’accepter ce que je voulais vraiment, et d’oser imaginer un autre avenir, et ses conséquences immédiates.

Ensuite, il a fallu mettre tout cela en musique…

Voilà comment je suis devenue l’heureuse fondatrice d’Avenir Professionnel, en 2018.

D’abord seule dans l’aventure, j’ai bientôt été rejointe par des compagnes et des compagnons de route. Avec mes collaborateurs, nous avons bien sûr plusieurs points communs.

“Mais le plus évident, c’est que, si parfois la vie nous a mené là où nous ne pensions jamais aller, aujourd’hui, nous regardons notre avenir professionnel avec confiance et satisfaction.”